Puit de dérive

vous restaurez, réparez ou simplement entretenez... vous recherchez une solution à votre problème...

Puit de dérive

Message par loïc HEVE » 07 10 2011 10:51

Bonjour,
Suite à la mise à l'eau de San Martin ( visible dans la galerie travaux) pour le refaire gonfler suite à 15 ans au sec et de gros travaux, le puit de dérive comme je le craignais est particulièrement fatigué. J'hésite entre un rafistolage et le refaire en intégralité, ce qui me fait un peu peur. Je suis preneur de tout conseil ou photos sur vos expèriences personnelles, sur le démontage, le remontage, la fixation, le collage époxy peut-être.... bref tout ce qu'il faut faire ou ne pas faire pour réussir cette intervention plus que délicate. Et si quelqu'un a l'information sur le coût de la prestation par un chantier.
Une fiche système B serait la bien venue.
Merci à tous pour vos conseils.
Loïc HERVE
loïc HEVE
Visiteur
 
Message(s) : 18
Inscription : 05 10 2007 15:43
Localisation : Cap Ferret

puits de dérive

Message par richard » 07 10 2011 13:31

Bonjour

Une solution relativement simple et efficace déjà réalisée sur mon premier Bélouga, tailler un moule mâle dans un morceau de CP de 20 avec un petit plateau bouchon en bas. Il va donc rentrer avec du jeu dans le puits qui servira de moule femelle. Poncer l'intérieur du puits avec une latte abrasive, polir et cirer soigneusement le mâle qui devra démouler puis l'enduire de résine époxy et de tissus posés à cheval sur le haut, rentrer en force, ajouter ensuite, par le haut, de la résine si nécessaire, couper les tissus en haut pour les rabattre sur le puits, laisser durcir chasser le moule mâle au maillet, repercer le trou d'axe. Le puits est raide et étanche.
Jean paul
Ancien membre de l'asso internationale des propriétaires de Bélouga dans les années 70, j'ai fini de restaurer un Belouga Q. R. mais pas de l'améliorer.
richard
Visiteur
 
Message(s) : 91
Inscription : 05 08 2009 12:56
Localisation : Mombrier Gironde

puit de dérive

Message par loïc HEVE » 07 10 2011 15:04

Cela ma l'air d'être une assez bonne méthode, j'envisage effectivement également une stratifcation époxy de l'intérieur du puit partie immergée mais effectivement difficile à réaliser de part l'espace libre. Mais votre méthode m'inquiète un peu, tout moule est de forme conique pour le démoulage, hors le gabarit intérieur dont vous parlez est d'une épaisseur constante 20mm. N'y a-t-il pas un risque de ne pas pouvoir retirer le gabarit de moulage, et dans ce cas que faire?
loïc HEVE
Visiteur
 
Message(s) : 18
Inscription : 05 10 2007 15:43
Localisation : Cap Ferret

Message par AlainDH » 08 10 2011 0:02

Je vais effectivement faire une fiche système B pour cette intervention qui est capitale pour la survie du bateau d'une part et pour la sérénité du skipper d'autre part , seul problème, je pars en voyage après-demain pour trois semaines et ne pourrai donc m'y atteler qu'à mon retour...
Il n'y a rien de bien compliqué, mais il faut être rigoureux au démontage et surtout au remontage, garder des repères de calage pour positionner et aligner correctement le puits neuf.
La technique de "scellement à l'époxy est certainement la plus facile et la plus sûre pour assurer une bonne étanchéité, mais elle requiert une préparation parfaite pour ne pas avoir de "fuites" (l'époxy s'infiltre dans le moindre interstice...)
Promis, je ponds la fiche à mon retour !
Courage, le problème n'est pas insurmontable ! Pour info, en 1986, après avoir traité entièrement la coque de Dame Jeanne à l'époxy, elle a coulé en 1/4 d'heure à cause du puits de dérive ! Une fois renflouée, J'ai navigué tout cet été là avec une batterie + une pompe + un contacteur à flotteur et environ 5 à 10 cm d'eau en permanence dans le bateau, (mais j'ai navigué...) et changé le puits dans l'automne qui a suivi !
AlainDH
AlainDH
Administrateur
 
Message(s) : 924
Inscription : 26 07 2004 11:26
Localisation : région nantaise

puits de dérive

Message par richard » 08 10 2011 21:17

En effet le morceau de CP est plat dans un sens mais conique dans l'autre et pour l'avoir réalisé, bien poli et ciré, ça démoule au maillet avec une cale pour pousser. Un morceau de plexi ou de céloron serait parfait mais le CP vas bien.
Courage
Jean Paul
Ancien membre de l'asso internationale des propriétaires de Bélouga dans les années 70, j'ai fini de restaurer un Belouga Q. R. mais pas de l'améliorer.
richard
Visiteur
 
Message(s) : 91
Inscription : 05 08 2009 12:56
Localisation : Mombrier Gironde

Message par YannDH » 09 10 2011 11:23

N'hésitez pas à m'envoyer (oico@free.fr) toutes vos astuces, croquis, dosages,etc... il peut y avoir plusieurs fiches systeme B pour un même sujet.
Avatar de l’utilisateur
YannDH
Administrateur
 
Message(s) : 683
Inscription : 26 07 2004 12:04
Localisation : Paris

puit de rérive

Message par loïc HEVE » 10 10 2011 9:50

Voilà un sujet passionnant. Ce week-end j'ai ressorti le bateau de l'eau et ai tout de suite déposé la dérive, pas si simple que ça de part son poid, la remise en place ne va certainement pas être simple. Ii y a une zone un peu attaqué sur l'arrière du puit mais rien de dramatique. Je m'interroge donc entre la méthode de Richard ou le refaire entièrement ce qui me semble plus durable mais pas le même chantier. Concernant la méthode de Richard si je m'y aventure, je démoulerai le gabarit contre plaqué avant sa mise en place dans le puit, je le reglisserai dans le puit pour le coulage époxy pour ne pas avoir de déformation; cela afin d'éviter une catastrophe si difficulté de démoulage. Dans tou les cas je vais attendre la diffusion de fiches système B pour prendre une décision en espérant y trouver des photos du démontage car c'est ce qui m'inquiète le plus, une fois que l'on commence il faut aller au bout.
Merci de vos photos de travaux sur cette zone si vous en avez.
Je m'interroge également sur le traitement à réaliser sur la dérive sans aller à la galvanisation car il y a une bague en bronze au niveau de l'axe.
Merci encore à tous.
loïc HEVE
Visiteur
 
Message(s) : 18
Inscription : 05 10 2007 15:43
Localisation : Cap Ferret

Message par Olivier JAMBU-MERLIN » 10 10 2011 10:40

Pour ce qui est de la dérive, j'ai fait réaliser il y a 3 ans un sablage et un schoopage. Une couche d'apprêt epoxy, puis anti-fouling. Comme neuf!
Olivier JAMBU-MERLIN
"TOY IX" - n°761
Olivier JAMBU-MERLIN
Visiteur
 
Message(s) : 151
Inscription : 01 10 2004 10:57
Localisation : NANTES

puit de dérive

Message par loïc HEVE » 08 11 2011 12:18

Bonjour,
Ca y est le démontage est commencé, plus de retour en arrière possible!
Je prépare la reconstruction et je voudrais faire appel à vos expèriences.
A savoir un contreplaqué CTBX imprégné époxy est-il viable dans le temps ou faut-il du contreplaqué marine. Merci de vos retours d'expériences.
loïc HEVE
Visiteur
 
Message(s) : 18
Inscription : 05 10 2007 15:43
Localisation : Cap Ferret

CTBX

Message par richard » 08 11 2011 14:58

A ma connaissance la différence entre le CP CTBX et leCP marine ne tient qu'au bois, à son échantillonnage pour la résistance mécanique.
Malgré un original feuilletage de bois et de stratifié polyester de l'embase du puits le CP de mon QR n'est toujours pas pourri 35 ans après, seul le premier plis ( totalement exempt de peinture ) était craquelé.
Courage et confiance
Jean Paul
Ancien membre de l'asso internationale des propriétaires de Bélouga dans les années 70, j'ai fini de restaurer un Belouga Q. R. mais pas de l'améliorer.
richard
Visiteur
 
Message(s) : 91
Inscription : 05 08 2009 12:56
Localisation : Mombrier Gironde

Message par AlainDH » 08 11 2011 18:09

Le contreplaqué CTBX traité époxy peut effectivement faire l'affaire, MAIS le puits de dérive est un élément vital que l'on ne refait pas tous les 4 matins, donc il est préférable ,selon moi, d'utiliser du "marine", du vrai ! mais il est rare et cher !
Personellement, j'ai utilisé du ctbx traité époxy + roving de 160 gr + une enduction chargée de graphite ( pour la glisse,m'avait dit le fournisseur ). C'est fait depuis + de 20 ans et ça n'a jamais bougé...
Pour revenir sur les propos de Jean Paul, la qualité des bois joue,certes, mais les colles sont différentes . De plus il faut veiller au différentes qualités de "CTBX", certains fournisseurs commercialisant des labels WBP fabriqués à ??? dont la qualité est souvent en dessous de tout, méfiance donc !
Ceci dit, bon courage pour ces travaux
AlainDH
AlainDH
Administrateur
 
Message(s) : 924
Inscription : 26 07 2004 11:26
Localisation : région nantaise

CTBX

Message par richard » 09 11 2011 10:09

C'est l'explication technique d'un fabricant français entre deux produits de sa gamme. On trouve sur le marché de parfaites camelotes, ne jamais utiliser du CTBX de coffrage sauf pour faire un moule jetable, c'est sa fonction.
Il faut être de plus en plus méfiant.
A+
Jean Paul
Ancien membre de l'asso internationale des propriétaires de Bélouga dans les années 70, j'ai fini de restaurer un Belouga Q. R. mais pas de l'améliorer.
richard
Visiteur
 
Message(s) : 91
Inscription : 05 08 2009 12:56
Localisation : Mombrier Gironde

ctbx

Message par loïc HEVE » 09 11 2011 18:37

Pour ce que j'ai pu en voir et lire sur le sujet, le CTBX est composé de 2 plis extérieurs en bois exotique et les plis intérieurs sont en peuplier. Le marine à des plis plus fins donc plus nombreux d'où sa meilleure résistance et tous les plis sont en exotique d'où sa tenue à l'eau meilleure mais de ce fait un bois plus dense et donc une moins bonne imprégnation à l'époxy. Mais la différence de prix est-elle à la hauteur de la différence de qualité.
Un point à nouveau m'étonne. Sur un bateau construit, pour ce que j'ai pu trouver dans mes travaux, en acajou, chêne et iroko qui sont des bois présentant des grandes qualité de résistance et durabilité, comment peut-on expliquer que le puit de dérive élément vital du bateau et très compliqué à entretenir ai été réalisé en sapin donc seul élément pourri du bateau.
loïc HEVE
Visiteur
 
Message(s) : 18
Inscription : 05 10 2007 15:43
Localisation : Cap Ferret

Message par AlainDH » 10 11 2011 0:51

je vais rajouter quelques remarques techniques :
1-" l'imprégnation" époxy est un traitement de surface qui a un pouvoir adhésif très important mais qui ne pénètre pas très profondément le bois quoiqu'en pensent un grand nombre de gens. Il suffit pour s'en convaincre de scier un échantillon traité.En second lieu, pour être "étanche" à l'eau, une, voire deux couches suffisent, mais il faut qu'un puits de dérive soit étanche à la vapeur d'eau. Pour ce faire il faut un minimum de 4 à 6 couches avec 1 ou 2 rovings incorporés.
2-Le puits en "sapin" : Les résineux ne sont pas tous de même qualité au regard de la durée dans le temps en milieu marin. Plus le bois est "serré et chargé de résine et mieux il résiste. Il existait dans le temps des spruce ou des pitchpins qui se tenaient mieux que certains exotiques, ce qui pourrait expliquer votre questionnement... Maintenant le temps fait aussi son "oeuvre"
AlainDH
AlainDH
Administrateur
 
Message(s) : 924
Inscription : 26 07 2004 11:26
Localisation : région nantaise

puit de dérive

Message par loïc HEVE » 10 11 2011 16:11

En effet en regardant de plus près il s'agit effectivement de pichpin. Ca m'etonnait car à l'époque ils savaient ce qu'ils faisaient.
loïc HEVE
Visiteur
 
Message(s) : 18
Inscription : 05 10 2007 15:43
Localisation : Cap Ferret

Suivant

Retour vers Parlons technique, réflexions et impressions

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron